L’Eau de Mulhouse.

1) L’eau de Mulhouse risque-t-elle d’être polluée ?

vendredi 30 janvier 2009 par L’@dmin

La pollution est un danger pour l’eau de Mulhouse, et la ville en a déjà fait les frais récemment. En effet, en 2004 Mulhouse est contrainte de fermer le puits de captage de la forêt de la Hardt à cause d’une trop forte pollution. Avec les industries implantées en Alsace depuis de nombreuses années, Mulhouse doit donc être très vigilante sur la pollution de ses eaux. En 2003, la présence de trichloroéthylène à une teneur de 250 µg/l, teneur importante, avait alerté les services de surveillance de la ville de Mulhouse. Cette présence de produits chimiques était due à un défaut d’étanchéité d’une entreprise Mulhousienne.  [1]

La surfertilisation des sols pour les cultures est souvent la première cause d’une pollution de l’eau par les nitrates. Les nitrates sont indispensables à la croissance des plantes, mais en surplus, ils s’infiltrent dans les nappes. Les cultures de maïs représentent elles aussi un risque important, puisque le bilan d’azote utilisé pour les plantes dans le Haut-Rhin est de 160kg/Ha d’azote, et les apports d’engrais organiques diminuent au fil des années (presque 80kg/Ha en 1980 contre 60kg/Ha aujourd’hui) et sont compensés par une augmentation proportionnelle des apports d’engrais chimiques.  [2]

Pollution ? L’industrie et les cultures peuvent menacer l’eau de Mulhouse.

Les inondations peuvent aussi être des sources de pollution, même avec l’aménagement de fossés de récupération des eaux. Ci-dessous, à Brunstatt en 2006, on peut voir une station de déchet-tri inondée et ses déchets éparpillés, les fossés de récupération des eaux usées n’ont pas pu retenir toute l’eau et ont été réaménagés l’année suivante :

Inondations à Brunstatt.

Pour se protéger des différentes sources de pollution, Mulhouse a donc protégé ses différents aménagements en achetant un total de 125Ha autour des installations (stations de pompage et lac de Michelbach), mais comme le précise Bernard Finck dans une interview réalisée par la mairie de Mulhouse [3], directeur du service des eaux, "il n’y a pas d’utilité publique, personne n’est donc forcé de vendre." mais dès que la ville en a l’occasion, elle rachète les terrains. Cette méthode semble avoir porté ses fruits, ainsi en 2005, l’eau de Mulhouse reçoit le label "eau de source" et Roger Imbery, adjoint au maire et chargé de l’eau rappelle "notre vocation est de distribuer une eau naturellement pure, qui n’a subi aucun traitement.".

La démarche est la même pour le barrage de Michelbach, qui rachète des terrains à partir d’Heimsbrunn et de Reiningue. Il s’est fait classé "réserve naturelle volontaire agrée" en 1982, ce qui exclue toute construction ou activité à proximité. La ville met en place sur ces terrains des prairies où l’élevage et l’utilisation de produits chimiques est interdite, notamment près des zones de captages. Un "fruticetum", c’est à dire une plantation de jeunes arbres, a également été créée sur 5Ha, sans utilisation d’engrais. Les jeunes arbres sont ensuite utilisés par la ville de Mulhouse.

[1] http://www.alsace.drire.gouv.fr/environnement/acteiic/682003/0611NufarmR.htm

[2] http://www.eau-rhin-meuse.fr/observatoire/depollution/agriculture/ferti_edl.htm

[3] Document de la mairie de Mulhouse n°267


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 19771

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

     RSS fr RSS3) Protection et pollution de l’eau.   ?

Creative Commons License